Politique : la société civile encourage la CENI dans sa démarche pour la ténue des législatives

Politiques
publié le 27-03-2019 05:06
Politique : la société civile encourage la CENI dans sa démarche pour la ténue des législatives

Dans le cadre des échanges qu’elle a entamé récemment avec les acteurs du processus électoral guinéen, la CENI a rencontré ce mardi 26 mars 2019, la société civile guinéenne. Les discussions ont tourné autour de l’organisation des prochaines élections législatives.

Cette rencontre d’échange a tourné autour de la gestion de l’audit du fichier électoral, les critères de désignation des représentants des partis politiques au sein des démembrements de la CENI, l’utilisation des nouvelles technologies dans le processus électoral et le financement des partis politiques.

Les activistes de la société civile ont salué l’initiative. Ils ont mis l’occasion à profit pour faire quelques recommandations. « La transparence se trouve au fond de la concertation. C’est quand on parle, on communique qu’on peut parler de transparence. En résumé, la société civile guinéenne salue la démarche de la CENI, mais exige d’elle l’élaboration d’une étude de base pour capitaliser les expériences de la CENI et les expériences des autres pays voisins par rapport à l’utilisation de la technologie » indique Dansa Kourouma, président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSC-G).

De son Côté, Mohamed Ansa Diawara, vice-président de la CONASOC se réjouit de la qualité des débats et se dit satisfait de la rencontre avec l’institution en charge de l’organisation des élections. « Nous sommes satisfaits de cette rencontre de donner et de recevoir organisée par la CENI. Elle nous a donné la latitude de poser toutes les questions liées au processus. Même si ce n’est qu’un début et on espère avoir d’autres occasions pour aller un plus en profondeur des thématiques ». M. Diawara n’a pas manqué de souhaiter la tenue rapide d’une assise autour des recommandations de l’audit du fichier afin d’aller vite aux élections. Surtout que la CENI estime pouvoir organiser les législatives au dernier trimestre de l’année ».

Abordant dans le même sens, Sékou Koundouno, administrateur général de la Cellule Balai Citoyen de Guinée a salué la démarche qu’il qualifie de participative et inclusive de la CENI.  « La société civile guinéenne s’engage à accompagner la CENI dans le cadre du processus électoral afin que tous les acteurs puissent jouer leur partition. Donc, en tout état de cause, nous sortons de cette rencontre très satisfaits et nous estimons que la CENI va continuer dans cette démarche beaucoup plus inclusive et participative » indique M. Koundouno.

Cependant, précise-t-il, la société civile est devenue de plus en plus exigeante, elle ne se laissera pas faire.

Alhassane Barry