Prochaines législatives : la CENI échange avec les acteurs du processus

Politiques
publié le 21-03-2019 08:31
Prochaines l├ęgislatives : la CENI ├ęchange avec les acteurs du processus

En prélude à l’organisation des prochaines élections législatives, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) échange avec les acteurs du processus électoral. Objectif : partager les préoccupations des uns et des autres afin d’harmoniser les points de vue avant l’élaboration du chronogramme.

Dans cette optique que l’institution en charge de l’organisation des élections a réuni ce jeudi 21 mars,  dans un complexe hôtelier de Conakry, l’opposition républicaine et la coalition des partis pour la rupture (CPR).

A cette occasion, plusieurs thématiques ont été débattues. Il s’agit notamment de la mise en œuvre des recommandations de l’audit du fichier électoral, de l’utilisation des nouvelles technologies dans le processus électoral notamment dans le cadre de la remonté des résultats, du financement des partis politiques, les critères de choix des représentants des structures dans les démembrements de la CENI et autres Commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales (CARLE).  Au sortir de la rencontre les acteurs ont tour à tour exprimé leur satisfaction sur la qualité des débats et la démarche de la CENI qui vise à organiser des élections apaisées et crédibles.

Honorable Aliou Condé, Secrétaire général de l’UFDG soutient que ce type d’échange est salutaire. Car, selon lui, le fichier actuel contient beaucoup de mineurs. C’est pour quoi, précise-t-il, «  nous avons plus de 50% de la population guinéenne âgée de plus de 18 ans. Alors que c’est connu la population de moins e 18 ans représente plus de 60 % de la population. Et l’audit l’a révélé. Nous devons nous mettre d’accord sur la mise en œuvre des recommandations de l’audit pour corriger ces anomalie ». Au terme des échanges, Aliou Condé laisse entendre qu’ils sont sur la même longueur d’onde que la CENI et t cela, conclut-il, est très positif.

De son Côté, Faya Millimono président du Bloc libéral et chef de la délégation de la CPR, trouve les thématiques pertinentes. Même s’il affirme n’avoir pas obtenu le rapport de l’audit du fichier à temps. Il promet de réagir par écrit sur la question des recommandations de l’audit. M. Millimono plaide pour la prise en charge par la CENI des représentants des partis politiques dans les CARLE. Contrairement à ce qui a été toujours observer lors des dernières élections. Car, dit-il, il y a des partis politiques qui n’ont pas accès à la caisse commune comme le RPG AEC.

Pour sa part, le Président de la CENI se réjouit de la forte présence des acteurs invités. Maître Salif Kébé précise par exemple que certains représentants de partis politiques dans les démembrements de la CENI ou des CARLE n’ont pas toujours été à la hauteur des missions à eux confiées. A travers ces échanges, il espère que cette question trouvera solution. Il estime que la CENI peut organiser les élections législatives avant la fin de l’année.

A préciser que la CENI prévoit de rencontrer la société civile, la mouvance présidentielle avant de tirer la conclusion. Suivra ensuite l’organisation d’un atelier de planification électorale et la publication du chronogramme.

Alhassane Barry