Identification unique : le partage d’expériences au cœur d’un atelier régional entre les pays membres du projet WURI

Politiques
publié le 30-09-2020 03:15
Identification unique : le partage d’expériences au cœur d’un atelier régional entre les pays membres du projet WURI

Un atelier de partage d’expériences entre les pays membres du programme d’identification unique pour l’intégration régionale et l’inclusion en Afrique de l’Ouest (WURI) a démarré le lundi 28 septembre dernier.

En Guinée, toutes les différentes parties prenantes parmi lesquelles les points focaux dudit au niveau départements ministériels prennent part aux travaux de cette rencontre aux côtés du coordinateur, Ibrahima Sory Keita.

Durant 4 jours (du 28 septembre au 1er octobre), la coordination WURI Guinée dans un réceptif hôtelier de Conakry va échanger en visioconférence avec celles d’autres pays membres, leurs expériences pour une meilleure mise en œuvre de ce programme qui vise à offrir un identifiant unique à chaque habitant de la zone ouest africaine.

Selon l’ingénieur sécurité-réseau au compte du projet WURI-Guinée, cette rencontre de plusieurs jours permettra d’avoir l’interopérabilité entre les pays membres du WURI.

« Cet atelier va nous permettre d’avoir ce qu’on appelle l’interopérabilité entre les autres pays membres. Aujourd’hui, nous développons le projet WURI et ça va nous permettra de pouvoir interagir avec tous les systèmes existants en Guinée. Au-delà de tous ces systèmes existants en Guinée, nous allons aussi interagir avec les systèmes existants dans les autres pays. Donc, cet atelier permet de pouvoir échanger les points d’accord afin de pouvoir faire l’interopérabilité avec les autres systèmes existants dans les autres pays », dira Fernand Goumou. Poursuivant, il dira que WURI va aussi permettre à chaque guinéen d’avoir un numéro identifiant. « Aujourd’hui, il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas identifiées. Lorsque tu as un identifiant, il y a beaucoup d’apport que le gouvernement est en train d’organiser, mais cela peux seulement être opérationnel lorsque vous avez un identifiant. Donc, si la population est identifiée, ça sera plus facile pour la population de pouvoir bénéficier les accompagnements de l’Etat et d’autres systèmes déjà que nous connaissons comme les passeports et les cartes d’identités nationales. »

Pour sa part, Ibrahima Sory Keita, coordinateur du projet et conseiller du Premier ministre en charge de l’économie numérique dira que ladite rencontre technique démontre que les Etats africains savent faire d’autres activités qui rejoignent les valeurs fondamentales. « Nous sommes heureux de participer à cet atelier technique qui vient démontrer que les Etats africains notamment de la CEDEAO, après une soixantaine d’indépendance, savent faire d’autres activités qui rejoignent les valeurs fondamentales qui ont parrainé nos indépendances. WURI est un projet régional de la CEDEAO qui permettra de faciliter le mouvement des personnes et des biens au sein de la communauté et qui permettra de faciliter l’accès des individus au service de leurs Etats (…) Nous sommes donc en connexion avec tous les autres pays qui ont déjà rejoint le programme WURI. La Guinée et la Côte d’Ivoire étaient les deux pays pilotes. Nous avons l’avantage d’être les plus avancés parce que nous avons déjà esquissé notre plateforme et nous sommes en partage pour permettre de mettre à la disposition des autres pays frères, les avancées qui nous avons faites. Mais aussi avec beaucoup d’humilité, aller à leurs écoles. »

A rappeler que le programme WURI-Guinée est une initiative du gouvernement guinéen financé par le Groupe Banque mondiale à hauteur de 49,7 millions de dollars US.

Youssouf Hawa Keita