Prochaine présidentielle : la COCEGG prêt à déployer 750 observateurs à travers tout le pays

Politiques
publié le 28-08-2020 06:55
Prochaine présidentielle : la COCEGG prêt à déployer 750 observateurs à travers tout le pays

C’est une annonce faite par Bangaly Minatagbè Camara, coordinateur national de la coalition citoyenne pour des élections et la gouvernance en Guinée (COCEGG) au sortir d’une audience avec le président de la CENI, Kabinet Cissé entouré des commissaires. Une audience qui s’est déroulé ce jeudi 27 Août au siège de l’organe de gestion des élections sis à quartier Cameroun dans la commune de Dixinn.

Créée en 2018, la COCEGG est une plate-forme de la société civile qui regroupe plusieurs associations et qui bénéficie de l’appui financier de l’USAID et de l’UE dans le cadre de l’observation des élections.

« Nous sommes venu présenter la COCEGG aux commissaires de la CENI ainsi que des activités que nous envisageons de mener pour accompagner le processus électoral » laisse entendre M. Camara avant de préciser que son organisation prévoie de déployer 750 observateurs, 76 superviseurs et 8 coordinateurs régionaux sur l’ensemble du territoire national afin de permettre à notre pays de connaitre une élection équitable, crédible et dont les résultats seront acceptés par tous.

Selon Bangaly Camara, pour le faire, sa structure a besoin d’une bonne collaboration avec la CENI à travers la définition claire des termes de cette collaboration. Il a aussi émis le souhait d’avoir un point focal à la CENI pour leur faciliter le travail.

Le premier responsable de la COCEGG rappelle que le processus électoral se déroule en trois phases à savoir la période pré-électorale, la période électorale et la période post-électorale. D’après lui, la COCEGG commence dès maintenant son travail et le jour du scrutin il prévu la mise en place d’un village électoral composé de trois chambres : une chambre d’analyse ; une autre technique et la chambre politique. Cela leur permettra, estime-t-il, de faire le monitoring du déroulement du scrutin et inter agir avec tous les acteurs du processus afin de corriger tous les anomalies éventuelles.

« Nous bénéficions d’un appui financier de l’USAID depuis les dernières législatives et l’Union européenne. Nous n’attendons aucun financement de la CENI, simplement un partenariat stratégique avec l’institution en charge des élections qui pourra nous permettre d’accompagner le processus afin que la CENI puisse être plus efficace dans la gestion des élections », indique M. Camara

Alhassane Barry