Mines : la convention de base pour l’exploitation des blocs 1 et 2 de Simandou signée

Politiques
publié le 10-06-2020 05:01
Mines : la convention de base pour l’exploitation des blocs 1 et 2 de Simandou signée

Une importante phase vient d’être franchie dans le cadre de l’exploitation des blocs 1 et 2 du mont Simandou situé au sud du pays. En effet, le gouvernement guinéen à travers le Ministère des Mines et de la Géologie et le Consortium SMB-Winning ont signé ce mardi, 9 juin 2020, la convention de base pour l’exploitation desdits blocs.

C’était dans les locaux du département en charge des Mines et de la Géologie sous la présidence du ministre Abdoulaye Magassouba des Mines et de la Géologie qui avait à ses côtés son homologue du Budget, Ismaël Dioubaté, des responsables du Consortium adjudicataire (SMB-Winning) et de plusieurs cadres techniques des départements impliqués. 

Selon nos informations, ce projet d’exploitation qui sera réalisé par le Consortium SMB-Winning aux termes de cette convention de base est stratégique et ambitieux pour la Guinée. Il consiste dans le développement d’une chaine de production intégrée de minerai  de fer, la réalisation des infrastructures ferroviaires et portuaires ainsi que la construction d’une aciérie à terme.

« Le Consortium SMB-Winning s’engage ainsi à construire un chemin de fer d’une longueur de 679 km reliant la mine à un port en eaux profondes d’une capacité finale de 80 millions de tonnes par an situé à Matakang dans la préfecture de Forécariah sur les côtes guinéennes. Le doublement de la voirie ferrée est prévu à partir de 2038 (…) Au titre des avantages socioéconomiques, le projet porte sur un investissement global estimé à 14 milliards de dollars américains, comprenant un engagement d’investissement sur fonds propres de la société à hauteur de 6 milliards de dollars américains. L’Etat, dans la réalisation de ce projet, bénéficiera des avantages spécifiques à chaque étape de sa réalisation, notamment en termes d’emplois, d’achats locaux et de revenus. Sur la base des hypothèses retenues, il  été déclaré que les revenus directs de l’Etat sont estimés à 15, 5 milliards de dollars sur la durée de la convention (25 ans). A ces estimations de revenus directs de l’Etat devraient s’ajouter tous les revenus et autres avantages liés aux activités économiques créées par le projet le long du corridor et au-delà », nous apprend-on.

Prenant la parole pour la circonstance, le PDG de SMB, Fadi Wazni a invité tous les acteurs à s’impliquer de manière active pour, dit-il que cet important projet puisse devenir une véritable réalité.

« C’est avec beaucoup d’émotion que je suis là aujourd’hui, devant vous pour signer la convention de base qui va permettre l’exécution de ce projet depuis si longtemps attendu. L’exploitation du minerai de fer du mont Simandou est un projet gigantesque à l’échelle de notre pays et même à l’échelle mondiale parce que c’est l’un des plus grands projets miniers mondiaux que nous allons exécuter ici en Guinée. Une fois la signature effectuée pour réaliser le projet, il s’agit de conjuguer les efforts de chacun. Toutes les parties prenantes auront un rôle essentiel à jouer, faute de quoi, le projet ne pourra voir le jour. Bien sûr les actionnaires et la direction du Consortium ont une grande responsabilité dans la levée des fonds parce qu’on parle de 14 milliards de dollars. C’est 100 fois le capital de toutes les banques de Guinée réunies. Donc il faut aller trouver les moyens financiers très importants pour exécuter le projet », dira-t-il entre autres, avant de rassurer que le Consortium fera tout pour honorer ses engagements dans l’exécution dudit projet.

Pour le ministre Budget, Ismaël Dioubaté, le président Alpha Condé a sorti la Guinée de l’utopie minière pour la réalité. « Il a insufflé une dynamique dans la reforme des mines qui est en train de porter fruit. Nous avons boosté les reformes dans l’exploitation bauxitique et c’est ce qui aujourd’hui de la Guinée le premier pays exportateur de bauxite. La même reforme a atteint avec la signature de cette convention, son niveau le plus souhaité parce qu’elle porte maintenant sur l’exploitation du minerai fer de Simandou 1 et 2. Au nom du Président de la République et de tout le gouvernement, je voudrais vous rassurer que nous nous battrons pour que tous les engagements soient tenus. »

Pour le ministre des Mines et de la Géologie, ce projet portant sur les blocs 1 et 2 du mont Simandou s’inscrit dans le cadre de la politique de diversification de l’exploitation minière et de développement intégré utilisant les mines comme levier de développement.

« Ce projet est inédit en Afrique en termes de volume d’investissement dans le secteur minier et de très rare parmi tous les projets qui ont été réalisés depuis la nuit des temps dans le monde. Nous avons beaucoup d’espoir dans la volonté sincère du Consortium a effectivement mettre ce gisement en exploitation. Cela s’est démontré pendant le processus de négociation, mais aussi dans le processus d’appel d’offre (…) Le défis concerne aussi l’administration. Mais nous sommes engagés à accompagner le projet pour nous assurer que l’Etat puisse respecter tous ses engagements et prendre toutes les dispositions qui facilitent  la mise en œuvre du projet dans l’esprit du respect de nos engagements  pris dans cette convention », a mentionné Abdoulaye Magassouba.

A noter que  le Consortium SMB-Winning payera une compensation financière à l’Etat d’un montant total de 100 millions de dollars américains de la manière suivante : 40% dans un délai de quatorze jours à compter de la date d’entrée en vigueur ; 25% au premier anniversaire de la date d’entrée en vigueur ; 25% au second anniversaire de la date d’entrée en vigueur et 10% dans un délai de quatorze jours à compter de la signature de la convention portuaire et de la convention ferroviaire.

Youssouf Hawa Keita