Prochaines législatives : Les acteurs du processus se concertent au tour des opérations électorales

Politiques
publié le 14-11-2019 12:47
Prochaines législatives : Les acteurs du processus se concertent au tour des opérations électorales

En prélude à la tenue des législatives le 16 février prochain, la CENI a organisé ce mercredi, 13 novembre dans un complexe hôtelier à Conakry, la 4ème session du comité inter parties (CIP). Société civile, Partis politiques, partenaires techniques et financiers, tous ont répondu présents à cette rencontre d’échange. Au total une centaine de personne a pris part aux débats autour du thème:«  information et échange sur l’état de mise en place et de formation des membres des commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales (CAERLE), identification des électeurs, avancement des préparatifs et calendriers des opérations de révision des listes électorales ».

L’organe de gestion des élections a dans l’organisation des CIP, bénéficié de l’appui du national democraticinstitute (NDI).

Une occasion pour le numéro un du NDI en Guinée, Paul Amegakpo, de réitérer l’engagement de son institution à accompagner la CENI dans le cadre de l’organisation d’élection crédibles et transparentes. Il promet d’aider la CENI à décentraliser le CIP à l’intérieur du pays.

Dans son discours d’ouverture, le vice-président de la CENI, Bakary Mansaré, a salué les efforts du NDI avant de remercier l’ensemble des participants pour leur disponibilité. Il a rappelé que le CIP constitue un cadre de dialogue inclusif ayant pour objectif de faciliter l’entente entre les acteurs pour l’intérêt général. M. Mansaré félicite les uns et les autres pour le travail technique accompli et qui a conduit la CENI à apporter des réaménagements pour la bonne tenue des législatives le 16 février 2020.

Résultats de la mise en place et de la formation des membres des CAERLE

Dans son exposé, le directeur adjoint du département démembrement, Boubacar Biro Barry, a rappelé les dispositions des articles 60 et 61 de la constitution ainsi que les articles 16, 127 et suivants du code électoral relatifs à la mise en place des CAERLE.Il déclare : « A ce jour, 18 835 membres des CAERLE ont été installés et formé à Conakry et à l’intérieur du pays. Alors que chaque CAERLE comprend cinq personnes ».

M. Barry soutient aussi que la CENI a identifié 25 pays à l’étranger où son institution compte installer et former des CAERLE conformément à la loi puisqu’il s’agit d’une élection nationale. Alors que par le passé seul 18 pays à l’étranger étaient pris en compte.

Etat d’avancement des travaux préparatoires des opérations de révision des listes électorales

Contrairement aux opérations d’établissement et de révision des listes électorales précédentes et pour la première fois la Guinée se dote de son propre logiciel de gestion électoral. Il s’agit de Diama Solution. Selon le directeur adjoint du département fichier, SafaTounkara, Diama Solution est une solution électoralemulti biométrique complète, évolutif et sécurisé. Et qui permettra d’assainir le fichier électoral. Ladite solution contient, d’après lui, deux interfaces. L’interface kit d’enrôlement et l’interface site central. Le premier sera sur le terrain pour les opérations de révision et d’enrôlement. Le second est composé de plusieurs modules. Il y a les modules statistiques, les modules d’enrôlement, les modules de sécurités etc.

M. Tounkara poursuit en disant : « Ce qui est important de rappeler c’est que Diama solution est une propriété guinéenne. Il a été décidé par la CENI, après les résultats de l’auditeffectué par des experts internationaux en septembre 2018, qu’il était tant pour la Guinée de se doté de son propre logiciel. Un logiciel qui nous permet d’être indépendant des opérateurs et qui permet aussi d’économiser les frais relatifs au système d’évaluation et de mise à jour. Bref c’est un système assez évolutif et assez sécurisé. Aussi la performance du logiciel permettra plus de rapidité en ce qui concerne l’enrôlement. La même chose au niveau du traitement des données au site central. Ce dernier dispose désormais  de 8 serveurs ABIS pour la déduplication et le dé doublonnagemais aussi 2 serveurs assez puissants pour le stockage des données ».

Avec cette technologie de pointe acquise par la CENI, SafaTounkara promet que son institution pourra respecter les délais définis dans le chronogramme et de garantir d’avantage la transparence et la sécurité des différentes opérations électorales.

Alhassane Barry