Mamadou Oury Diallo, maire de la commune urbaine de Pita : « Pour développer une localité, il faut des moyens financiers … »

Politiques
publié le 18-10-2019 12:33
Mamadou Oury Diallo, maire de la commune urbaine de Pita : « Pour développer une localité, il faut des moyens financiers … »

Faible mobilisation des ressources internes, occupation anarchique des espaces publics, l’appui aux groupements des agriculteurs, la protection de l’environnement, les projets en cours de réalisation. Le Maire de la Commune urbaine de Pita à bâton rompu dans votre quotidien.

Horoya : Depuis votre installation en novembre 2018 à la tête de la commune urbaine de Pita, quels sont les projets entrepris en faveur des populations ?

Notre mission c’est le développement local. Après notre installation, nous avons engagé la réalisation de plusieurs projets. Conformément à notre plan annuel d’investissement.  Lesdits projets sont entre autre : la réalisation d’un pont entre les quartiers Guémé et Salloubhè, la construction et l’équipement de trois salles de classe dans le quartier Hafia, la finalisation et l’équipement du siège de la mairie, le reboisement et l’entretien du jardin public et enfin la mise en place d’un système efficace d’assainissement. Un secteur transversal. Ce sont là les actions essentielles pour l’année 2019.

Le jardin public, nous sommes à 30% sur fonds propre. Ce qui représente près de 18 millionsFG alors que le montant total est de 50 millions.

Concernant l’assainissement, nous avons construit une décharge dans le quartier Marché 2. Ce site permet de regrouper les ordures. Avant cela, nous avions déjà construit un site dans le quartier Missira d’une longueur de 106 mètres et de 67 mètres de large et la  hauteur est de 1,5 mètre pour mieux sécuriser les lieux.

Les travaux sur le siège de la mairie aussi avancent même nous ne sommes qu’à 5 % pour le moment et c’est financé par l’ANAFIC à hauteur de plus de 500 millions FG. Et pour un début nous avons eu 30% du financement. Mais j’ose croire qu’avec l’engagement de chacun notamment l’entrepreneur, l’ingénieur conseil, l’agent de développement local (ADL), la commission gestion et suivi, je crois que les travaux se dérouleront très bien. Alors que les travaux du pont sont à 50% et là aussi financé par l’ANAFIC à plus de 300 millions FG.

En tout l’ANAFIC nous a dotés d’une enveloppe de plus d’un milliard 300 millions FG.

Justement, dans le cadre de célébration des fêtes tournantes, une nouvelle gare routière est en chantier depuis plusieurs années à Bendougou dans votre commune. Qu’en est-il ?

Tout à fait. Actuellement nous sommes à un niveau acceptable dans la mesure où au mois de février, l’entrepreneur est venu mettre la charpente métallique. Il m’a rassuré que les tôles étaient déjà commandées. Et on attend de voir la toiture. Et ça c’est l’Etat qui finance même si on nous a dit que les travaux ont beaucoup trainé pour défaut de paiement depuis quelques années. Puisque nous sommes déjà à charpente j’espère que ça va continuer.

Quelles sont vos attentes par rapport à cette nouvelle gare routière ?

Nos attentes sont énormes dans la mesure où cette infrastructure nous permettra de désengorger le centre de la ville. Actuellement nous avons toutes les difficultés de stationnement de véhicules puisque la gare routière actuelle est contiguë avec le marché central.

Sans oublier que l’achèvement de cette nouvelle gare va nous permettre non seulement d’augmenter les recettes de la commune. Mais aussi de créer les meilleurs conditions de travail pour les chauffeurs, les passagers, le syndicat, l’union des transporteurs et à tout le monde d’ailleurs.

Dans votre commune il y a plusieurs groupements agricoles notamment maraichers. Quelles sont les dispositions prises à votre niveau pour les appuyer ?

Nous avons deux conseillers agricoles au niveau de la mairie et nous travaillons avec eux régulièrement. Ce sont eux qui font le suivi de ses groupements. Mais nous veillons à ce que ceux-là soient bien encadré et bien appuyer dans la mesure du possible.Surtout lorsqu’il s’agit du renforcement des capacités mais aussi en termes de logistiques et d’intrants. Le tout en synergie avec la direction préfectorale de l’agriculture.

Vos principales difficultés dans l’exercice de vos fonctions ?

Nos principales difficultés sont d’ordre financier. Pour développer une localité, il faut des moyens financiers. A ce niveau il y a lieu de procéder à des sensibilisations pour augmenter la mobilisation des ressources internes en impliquant les personnes ressources et la société civile.

L’autre difficulté c’est l’occupation quelques peu anarchique des espaces publics notamment les trottoirs. On y trouve des conteneurs, des baraques, et autres tables des étalagistes qui obstrue complètement la circulation. Ça il faut que nous mettions de l’ordre dans la ville.

A cela s’ajoute la gestion de l’environnement. Nous n’avons qu’une vieille benne pour toute la commune pour ramasser les ordures au moment où la démographie augmente. Notre commune est entourée par deux rivières : Koubi et djissouma. Ces rivières sont complement envahis par es ordures, des plastics sans oublier que certains y lavent les engins avec tout ce que cela comporte comme risque et menace pour la faune marine. Nous avons envisagé une solution pour trouver des lieux approprié pour le lavage des engins avec des équipements adéquats. Puisque c’est aussi une activité génératrice de revenue et cela créer de l’emploi. L’homme c’est son environnement.

C’est d’ailleurs l’occasion de féliciter l’association pour la protection de l’environnement. Celle-ci est présidée par Mamadou Yéro Diallo. Lui et ses membres fournissent assez d’efforts pour la propreté de la ville et ils le font gratuitement. Ils font aussi le reboisement sur fonds propre.

Votre message ?            

Je demande à tous les citoyens de s’engager d’avantage pour le développement local. Nous sommes leurs élus et nous sommes là pour eux. Aucun développement local durable ne peut se faire sans l’implication effective et sincères de chaque citoyenne et de chaque citoyen résident et ressortissant.

Propos recueillis par

Alhassane Barry