Kouroussa : les membres des démembrements de la CENI prêtent serment

Politiques
publié le 31-08-2019 04:28
Kouroussa : les membres des dĂ©membrements de la CENI prĂȘtent serment

C’est à la faveur d’une audience officielle de la justice de paix délocalisée à la bibliothèque préfectorale, Camara Laye « l’enfant Noir » que les désormais commissaires ont juré de respecter la loi dans le cadre de la tenue des prochaines des législatives.

Ils sont au total 122 membres dont 12 de la CEPI et 11 de la CECI dans cette préfecture située à 600 km au Nord-Est de Conakry. Alors que le nombre total des membres des démembrements était de 81 avec l’ancienne loi L016.

Le juge Lama qui était accompagné de ses collaborateurs a mis l’occasion à profit pour rappeler le sens réel du serment, avant de prodiguer des conseils aux nouveaux commissaires.

D’après lui, le serment est un moyen de preuve. Suivant le fondement de l’article 802 du code civil guinéen qui stipule : « les moyens de preuve sont : l’écrit, le témoignage, l’aveu, le serment judiciaire la présomption… ».

Le serment, indique-t-il, vient du mot latin : sarementum qui signifie rendre sacré. Cela veut dire que c’est au-delà de l’humain.

Noel Lama laisse entendre que le serment est aussi un engagement de bien remplir les devoirs de sa fonction ou de sa profession. « Jurer devant Dieu et en présence des hommes est une chose avec laquelle on ne doit pas s’amuser », dira-t-il.

Dans l’intérêt du pays en général et de Kouroussa en particulier, il demande aux commissaires de rester neutre dans l’exercice de leur nouvelle fonction et de n’obéir qu’à la loi. En dépit du fait que chacun d’eux est désigné par une entité. Pour lui, la paix et la quiétude dans la cité en dépend.

Le président de l’antenne de la CENI à Kouroussa, Kanséréba Condé, rappelle les principes d’impartialité et de neutralité. « Soyons esclave de la loi pour avancer », conseille-t-il.

Pour le préfet, Souleymane Keita, tous les acteurs, opposition, mouvance, société civile, administration, soutient la paix, la quiétude et le progrès de Kouroussa. En tout cas dans les prises de parole. C’est pour quoi, estime-t-il, il n’y a pas de raison de violer le serment. Il promet de tout mettre en œuvre dans les limites de la loi pour que sa localité soit citée en exemple en termes de quiétude et de progrès.

De son côté, le commissaire superviseur de la localité, Aly Bocar Samoura, directeur du département information, communication et sensibilisation de la CENI s’est réjouit de la tenue de cette étape du processus. Ils encouragent les acteurs à continuer dans la même lancée pour la suite.

Une seule fausse note est à signalé à Kouroussa. Trois cadres désignées pour être membres de la CESPI de Kéniéro étaient absent dans la salle au moment de la prestation de serment. Alors qu’ils étaient là quelques minutes avant. C’est pour quoi, le commissaire Samoura leur donné 24 heures pour voir le juge et prêter serment. Faute de quoi ils seront remplacés, décide-t-il

Alhassane Barry