Gendarmerie : la 5è promotion des directeurs d’enquêtes boucle un stage de formation

Politiques
publié le 29-08-2019 07:59
Gendarmerie : la 5è promotion  des directeurs d’enquêtes boucle un stage de formation

Les stagiaires de la 5ème promotion des directeurs d’enquêtes ont  bouclé  ce jeudi 29  août 2019, un stage de formation de 10 semaines à l’école nationale de la Gendarmerie de Sonfonia. Pour mettre un  terme à ce  stage, ils ont fait des simulations en matière de lutte contre le terrorisme et le trafic de cocaïne sur la plage de Bénarès, dans la commune de Matoto.

Outre des simulations d’enquêtes, d’interpellation et l’audition ont été aussi faites. C’est une  initiative du Haut-Commandement de la Gendarmerie Nationale et du Ministère de la Sécurité et la Protection Civile.

Contrairement à l’année passée où il y avait à la fois la gendarmerie et la police, cette année, ils sont au total 25 stagiaires tous sous-officiers de la gendarmerie de boucler ce stage après 10 semaines d’intense travaux.

Dans leur simulation  de ce  matin sous une pluie battante sur la plage de Bénarès, on pouvait   s’imaginer  d’être  en face d’un fait réel, celui  d’une attaque terroriste et de trafic de cocaïne, voir même de la drogue. Cette simulation s’est passée en des étapes. D’abord, les présumés terroristes ont  été filés avec des tonnes de cocaïne et des armes dans leurs bateaux et voitures. Ensuite, ils ont été interpellés sur la plage au moment où ils s’apprêtaient à quitter et auditionnés par les directeurs d’enquêtes et enfin déférés devant le parquet.

Selon le lieutenant  Fara Maxime Malano, directeur de stage de la 5ème promotion des directeurs d’enquête, « Chacun d’eux à quelque niveau de responsabilité qu’il soit s’est activement impliqué dans la formation. La mise en place d’une direction d’enquête à l’occasion d’une enquête complexe est un élément fondamental et incontournable à la conduite de celle-ci. Elle participe pleinement à la constitution des équipes devant intervenir lors d’une enquête…»

Parlant de cette synthèse finale, c’est-à-dire fin de stage, il dira qu’elle « a pour objectif de développer le reflexe et les capacités opérationnelles des enquêteurs de la gendarmerie nationale dans le domaine de l’enquête judiciaire. C’est aussi  l’occasion non seulement d’évaluer les connaissances théoriques et pratiques de nos stagiaires, mais aussi montré à la hiérarchie militaire et aux autorités civiles que nos futurs directeurs d’enquêtes sont suffisamment outillés pour mener à bout les enquêtes complexes ».

S’adressant aux stagiaires bénéficiaires de cette formation, il a mentionné : « Vous aurez dans les jours à venir la lourde tâche de diriger les enquêtes dans les unités respectives. A cet effet, vous avez conformément aux lois en vigueur  en République de Guinée, déjà dites-vous que  vous êtes impatiemment attendus par vos chefs qui mesurent au quotidien l’importance de votre formation (…)  Par votre engagement et votre disponibilité, vous contribuerez auprès de la justice à la manifestation de la vérité. Je vous invite à cultiver sans cesse la cohésion et à toujours garder l’envie et le souci de bien faire, le tout dans le respect scrupuleux des textes de loi. » 

Du côté des stagiaires, l’Adjudant-chef Korka Boiro, en service à la brigade de recherche de Matam  rassure qu’ils mettront en pratique ce qu’ils ont appris. « Durant ces deux mois deux semaines de formation, nous avons bénéficié des connaissances de la part de l’encadrement, des instructeurs qui nous permettent maintenant d’être à mesure de gérer des enquêtes de grande envergure. Ce qu’il faut retenir de cette formation, c’est que désormais, nous les directeurs d’enquête nous seront capables de gérer les enquêtes, de retentissement médiatique régional ou national. »

Balla Yombouno