Conférence de presse : Le ministre Frédéric Loua des Pêches vante les résultats obtenus par son département

Politiques
publié le 30-07-2019 12:32
Conférence de presse : Le ministre Frédéric Loua des Pêches vante les résultats obtenus par son département

Le ministre des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, Frédéric Loua était ce lundi 29 juillet, face à la presse pour parler de l’état des lieux de son département en présentant les programmes, les acquis et les défis à relever. 

C’était dans les locaux d’un réceptif hôtelier de la place en présence du ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, des ministres conseillers à la Présidence de la République et des cadres techniques dudit Ministère.

A l’entame de son intervention, il a d’abord fait la situation du secteur de la pêche avant l’avènement de la 3ème République. Selon lui, le président Alpha Condé, à l’entame de son mandat et en application de son programme de société, a instruit et fourni tous les moyens nécessaires à l’organisation des Etats généraux du secteur des pêches en 2013, en vue d’en établir le diagnostic et dresser la situation de référence aux fins d’indentification des contraintes majeures et propositions de solutions d’amélioration de la gouvernance.

« Le diagnostic du secteur se caractérisait alors, entre autres par le manque de vision stratégique clairement définie et la faiblesse de la gouvernance du secteur ; L’insuffisance d’échanges d’expériences et d’informations à l’échelle de la sous-région, ainsi qu’avec les autres partenaires ; La faible connaissance des stocks ; l’inadaptation du cadre juridique ; La surexploitation des ressources et la dégradation de l’environnement côtier ; La délivrance anarchique des licences en faveur des flottes de pêche dont la prédominance est étrangère ; L’insuffisance de valorisation des produits débarqués en Guinée ; Faible niveau de commercialisation des produits sur le territoire national… »

En matière de vision stratégique et gouvernance du secteur, dira-t-il, il a été procédé à l’actualisation de la politique sectorielle consignée dans le document cadre de politique de la pêche et de l’Aquaculture et la mise en cohérence avec les directives adoptées sous l’égide de l’Union africaine.

« Ainsi, en reconnaissance des efforts constructifs de la Guinée, la commission de l’Union africaine a décerné le prix d’excellence 2018 dans le domaine des pêches et de l’aquaculture au Président de la République, Pr Alpha Condé lors de la conférence internationale de haut niveau sur l’économie bleue durable, tenue du 26 au 28 novembre 2018 à Nairobi au Kenya. A propos de l’amélioration de la gouvernance, il convient de noter principalement la séparation des fonctions de surveillance des pêches et d’émission des licences, qui est entièrement transféré à la direction nationale de la pêche maritime, la sécurisation des licences de pêche, la sécurisation de l’encaissement des redevances de pêche qui sont systématiquement versées sur les comptes du trésor public. Les redevances de pêche industrielles sont passées de moins de 10 milliards fg avant 2010 à plus de 66 milliards fg en 2018 », dira-t-il entre autres, avant d’annoncer que les perspectives sont prometteuses.

« Durant les prochaines années, mon département entend réglementer et contrôler la qualité des intrants de pêche ; Contribuer à assurer la disponibilité permanente des équipements et matériels appropriés de pêche et d’aquaculture par la mise en place d’infrastructures de stockage ; Renforcer la recherche sur les ressources halieutiques ; Promouvoir les chaines de valeurs par le renforcement de la règlementation ; Accompagner la relance de la filière exportation des produits halieutiques sur le marché de l’UE à travers la mise aux normes de la chaine de valeur ; Assurer l’augmentation de la contribution du secteur à l’économie nationale à travers la domestication des opérations connexes à la pêche… »

Youssouf Hawa Keita