Médias : ‘’nous allons nous battre pour réussir et remettre HOROYA à sa place’’, (Mamady Wasco Keita, DG)

Politiques
publié le 30-07-2019 12:25
Médias : ‘’nous allons nous battre pour réussir et remettre HOROYA à sa place’’, (Mamady Wasco Keita, DG)

Longtemps attendue, la relance du quotidien national Horoya est désormais chose faite. En témoigne le message de réjouissance du Chef de l’Etat lors du dernier conseil des Ministres. Dans cet entretien qu’a bien voulu nous accorder, le Directeur général dudit journal, Mamady Wasco Keita, il rassure que l’élan déjà pris sera maintenu. Lisez !

Horoya : Lors du dernier conseil des Ministres, le Président de la République s’est réjoui de la reprise de la parution régulière du journal national HOROYA et a invité l’ensemble des Ministres et, au-delà, toutes les Institutions Publiques à publier prioritairement toutes leurs communications dans les colonnes du quotidien national. En tant que premier responsable dudit journal, quelle impression avez-vous après cette déclaration du Chef de l’Etat ?

Mamady Wasco Keita : J’ai une très bonne impression par rapport à ce que le Président de la République a dit concernant le journal HOROYA. Pour tout commencer, je me dois d’abord de remercier le Président de la République parce que c’est lui qui a fait l’effort, en démontrant sa volonté forte pour la relance du journal HOROYA. Et ça, c’était à l’occasion du 58è anniversaire de notre journal. Aussi, je voudrais dire merci au personnel de HOROYA, tous les journalistes et toutes catégories de fonctions qui sont là pour leur engagement à relever le défi parce que tout le monde sait que HOROYA était vraiment en déphasage. Donc, c’est grâce à l’effort commun de tout le monde, ce que les uns et les autres ont fourni qui nous a permis d’arriver à ce niveau là. Quand le conseil des Ministres parle comme ça, c’est encore un défi qu’on nous lance et c’est là où nous allons encore prouver que nous n’allons pas démériter de la confiance. Nous allons nous battre pour réussir et remettre HOROYA à sa place. Jusqu’ici nous ne sommes pas satisfaits, mais nous savons qu’à l’avenir, ça va aller.

Depuis cette relance comme vous l’avez dit, comment se porte aujourd’hui le journal ?

Le journal se comporte bien et se porte bien aussi parce que le contenu est amélioré. Nous osons à faire des dossiers, des enquêtes et nous collons à l’actualité, ce qui est surtout important. Les abonnés qui avaient claqués la porte sont en train de revenir, les institutions reviennent et les ambassades. Je pense que si nous maintenons la lancée, ça va aller.

Quel appel pressant avez-vous à lancer au personnel pour que l’élan déjà pris soit maintenu ?

Ce matin, quand je suis arrivé à HOROYA, tous les travailleurs ont applaudi. Je dis que ce n’est pas ce qui est important. Le plus important, c’est le défi qu’on nous a lancé. Et que chacun doit mettre encore la main à la pâte, mouiller le maillot pour qu’on avance parce que c’est une équipe qui gagne. La force que nous avons, c’est que nous avons réussi à faire une équipe solidaire autour d’un même idéal et c’est ce que nous allons continuer jusqu’à la fin.

Propos recueillis par Youssouf Keita