14è conférence islamique de l’OCI : À l’heure de la prise de conscience !

Politiques
publié le 13-06-2019 08:13
14è conférence islamique de l’OCI : À l’heure de la prise de conscience !

Le ministère Saoudien des Médias et l’Union des Agences de presse des États membres de l’Oci n’ont pas lésiné sur les moyens pour une large couverture du Sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). Près de 300 journalistes et techniciens ont pris part à cette rencontre.

En choisissant le mois saint, les dirigeants et Émirs des États membres de l'Organisation de la coopération islamique, ont fait passer un message à l'intention des peuples islamiques, à l'occasion de la 14e session de la Conférence islamique qui s’est tenue à Makkah Al-Mukarramah, le 26 Ramadan 1440h, correspondant au 31 mai 2019. Un communiqué conjoint a sanctionné ladite conférence. Morceau choisi : « Nous remercions le Très-Haut de nous avoir rassemblés en ce mois béni et de nous avoir offert l’opportunité de nous rencontrer dans la ville sainte de Makkah Al-Mukarramah, aux abords de la Kaaba, d'où a émergé le message de l'Islam, qui a jeté les bases de la justice et de la paix ; Tout en insistant sur les nobles principes du message impérissable révélés en ce lieu saint et qui est venu raffermir les valeurs et préceptes islamiques, qui appellent à l’union entre les peuples islamiques et à leur coopération, en vue de garantir la justice, l’égalité, la charité, l’unité et la solidarité, et rejette la tyrannie, la division et les conflits ; Rappelant les objectifs et principes fondateurs de l’Organisation de la coopération islamique, y compris la promotion de l'unité et de la solidarité entre les États et les peuples musulmans ; Conscient des défis politique, économique, et culturel auxquels fait face les États membres de l’Organisation du fait des conflits armés et de la recrudescence de l'extrémisme et du terrorisme, et persuadés de la nécessité d'œuvre avec sérieux et la stabilité, d’ouvrir la voie aux investisseurs et au développement durable, et partant de garantir une vie décente et la prospérité aux peuples islamiques ».

Les dirigeants de l'OCI estiment qu'un tel objectif ne saurait être atteint sans l’adoption d’un certain nombre de principes et de démarches qu'ils se doivent tous de respecter et préserver. Entre autres, il s’agit de s’engager à soutenir l'Organisation de la coopération islamique en vue d’atteindre les objectifs énoncés dans sa Charte, et ce à la faveur de l’Action islamique commune qu’elle représente, pour pouvoir progresser en direction d’une nouvelle approche vers un avenir prometteur du monde musulman, à même de lui permettre de remporter les défis internes et externes auxquels il se trouve confronté, dont notamment la préservation de sa sécurité et de sa stabilité.

En outre, il a été envisagé d’œuvrer au développement des potentialités des États islamiques et de leurs règlements dans tous les domaines, afin de les promouvoir et d'atteindre leurs objectifs de développement, à travers l'élaboration des plans et programmes qui s’imposent et leur mise en œuvre, ce qui ne manquera pas d’avoir un impact de plus positif sur l’action islamique commune et son renforcement, et de contribuer au développement des activités de leur Organisation et de ses organes subsidiaires et institutions, dans le droit-fil des principes propres à servir les intérêts des peuples et des États islamiques.

Par ailleurs, il a été souligné l'importance de la cause palestinienne, en tant que question centrales de la Oummah islamique, s’atteler à mettre un terme à l'occupation israélienne des territoires arabes et palestiniens, occupés depuis 1967, conformément aux résolutions internationales adoptées à cet égard, et réaffirmer la pleine solidarité avec le peuple palestinien dans son combat contre l’occupation et dans son droit à une vie décente dans un État souverain et indépendant, avec pour capitale Al-Qods Al-Cherif.

Évidemment, ils ont condamné le terrorisme, l'extrémisme et le fanatisme sous toutes leurs formes et manifestations, quels qu'en soient les motifs et motivations, et œuvrer de concert pour contrecarrer les organisations terroristes et promulguer les lois et règlements dissuasifs à ces fléaux.

En plus de dénoncer les attaques terroristes qui ont pris pour cible le Royaume d’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, à savoir celles perpétrées contre les stations saoudiennes de pompage de pétrole et contre les navires marchands dans les eaux territoriales émiraties, la Conférence a appelé la Communauté internationale à s'acquitter de ses responsabilités en  vue de maintenir la paix et la sécurité dans la région.

À propos du terrorisme, le sommet a rejeté toute tentative d'associer le terrorisme à une  nationalité, à une civilisation ou à une religion, et refuser d’apporter tout  soutien direct ou indirect aux groupes et organisations qui appellent à la violence, à l'extrémisme et au terroriste, sous quelques prétexte que ce soit.

Autre chose, le sommet a insisté sur la responsabilité majeure qui incombe aux responsables des médias et des réseaux sociaux dans la réalisation des finalités et objectifs islamiques, et les inciter à s’abstenir de provoquer le chaos et le discorde parmi les membres de la Oummah islamique.

Pour finir,  la Conférence a insisté sur la nécessité pour l'Organisation de la coopération islamique de prendre conscience des changements et des développements qui interviennent à l'échelle internationale, et qui lui commande de développer les programmes et démarches qu’elle adopte, afin de jouer son rôle, aux plans régional et international, de la manière la plus apte à réaliser la cohésion dans l’action islamique commune.

J.M MORGAN

Envoyé spécial