Fichier électoral : cinq cabinets soumissionnent pour fournir une solution de gestion complète

Politiques
publié le 12-06-2019 01:01
Fichier électoral : cinq cabinets soumissionnent pour fournir une solution de gestion complète

Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de l’audit du fichier électoral, la CENI a lancé récemment un appel à candidature restreints pour la fourniture d’une solution de gestion complète du fichier électoral. Conformément à l’article 38 du code des marchés publics (CMP).

La cérémonie d’ouverture des plis a lieu ce lundi, 10 juin 2019 en début d’après –midi à la Direction nationale des marchés publics (DNMP) sis à Kaloum. Ladite cérémonie a réuni, outre les commissaires de la CENI, les représentants de la société civile, des partis politiques de la mouvance et de l’opposition, de certains soumissionnaires.

Le chef de la délégation de la CENI, Kabinet Cissé, directeur du département formation et éducation civique, a remercié l’ensemble des présents pour l’intérêt qu’ils accordent à cette étape très importante du processus électoral dans la perspective des prochaines législatives.

Pour sa part, le responsable passation des marchés de la CENI, Bakary Diakité a rappelé que son institution a mis en place une commission chargé de rédiger les termes de références (TDR) pour le recrutement d’un cabinet dans le but de fournir une solution de gestion global du fichier. C’est ce qui a conduit, selon lui, à opter pour une procédure dérogatoire d’entente directe conformément à l’article 38 du CMP. C’est ainsi que sur les 9 cabinets consultés pour soumissionner, 5 ont fait acte de candidature. Il s’agit de :

1-CORBIT BVBA de nationalité belge ; 2-BRI TECH de nationalité tunisienne ; 3-LAXTON GROUP de nationalité chinoise ; 4- INNOVATRICS de nationalité slovaques ; 5- ICD SARL de nationalité malienne.

Au terme de la séance d’ouverture des plis, certains représentants de la société civile ont posé des questions d’éclaircissement.

Pour quoi aucun cabinet guinéen n’a fait acte de candidature ?S’interroge Madame Fatoumata Binta Barry de la coalition des filles et femmes de guinée (COFFIG).

En guinée, nous n’avons pas encore un cabinet spécialisé en biométrie, répond M. Diakité.

Pour quoi 9 cabinets ? Demande Balla Sidy Oularé du CENAFOD (société civile).

En réponse, Diakité précise que selon l’article 38 du CMP,il fautconsulter au minimum trois potentiels candidats.

Avant de clôturer la cérémonie, Jacques Gbassana Doré, président de la commission d’ouverture des plis mise en place à cet effet par la DNMP s’est rassuré qu’il n’y a pas d’objection et que la cérémonie s’est déroulé suivant le respect des textes en la matière.

Rendez-vous est pris dans 15 jours au minimum pour présenter la meilleure offre après examen par ladite commission.

Alhassane Barry