La ministre de l’Action Sociale dresse le bilan des acquis dans le cadre de la Promotion Féminine

Politiques
publié le 28-05-2019 03:20
La ministre de l’Action Sociale dresse le bilan des acquis dans le cadre de la Promotion Féminine

La Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance était ce jour face à la presse. Cette intervention de Diaby Sylla Mariama s’inscrit dans le cadre de la série de comptes rendus des membres du Gouvernement en vue de communiquer sur les acquis, les réalisations d’une part et d’autre part les défis et les perspectives. 

 Au cours de cette conférence, la Ministre Diaby Sylla Mariama a fait l’état des lieux de 58 à nos jours, tout en louant les efforts fournis par les précédents gouvernements. D’entrée de jeu, la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance a mis un accent sur les difficultés rencontrées dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie de la société guinéenne. C’est pourquoi, la Ministre a tenu à rappeler  qu’à l’arrivée du Président Alpha Condé, des réformes en matière d’amélioration de la gouvernance et du renforcement institutionnel ont été élaborés pour la mise en œuvre du programme de développement social, avec la création de trois directions à savoir la Direction Nationale de l’Action Sociale, la Direction Nationale du Genre et Équité et la Direction Nationale de l’Enfance. La révision des établissements publics à l’instar du centre national d’orthopédie, du centre national de formation sociale appliquée de Jean Paul II, de l’institut national des jeunes aveugles de Kankan, du fonds de développement social et de la solidarité, l’observatoire national de la protection sociale, le fonds national d’indigence et la Direction générale des centres d’autonomisation des femmes.

Plus loin, la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance a précisé que les résultats de cette restructuration ont permis de renforcer le cadre institutionnel et les compétences, d’améliorer la couverture sociale par la création de nouveaux instruments de protection sociale. Poursuivant, elle dira qu’au niveau du cadre législatif et réglementaire des résultats probants ont été obtenus en matière de développement et de protection des groupes vulnérables avec l’adoption et la promulgation de la loi portant Promotion et Protection des personnes handicapées en mai 2018, suivi par l’élaboration d’un programme national d’inclusion et d’autonomisation des personnes handicapées.

Dans le domaine de l’autonomisation des personnes vulnérables et la lutte contre les inégalités sexistes et les violences basées sur le genre, Diaby Sylla Mariama dira que de 2011 à 2018 plus de 500 milliards GNF ont été distribués aux femmes sous formes de crédit revolving à travers les institutions micro finances en particulier les MUFFA. La construction de 11 centres d’autonomisation modernes, 100 ordinateurs offerts par le ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique dans le cadre de l’initiative présidentielle de renforcement des capacités des femmes, 110 ordinateurs et accessoires offerts par la société IT House.

S’agissant des violences basées sur le genre, les efforts ont aboutis à la prise en charge de 4.474 survivantes de violences basées sur le genre dans 43 services intégrés de VBG au niveau des structures de santé et des unités de polices et de gendarmerie. La formation de 212 sages-femmes contractuelles sur les violences basées sur le genre conclu-t-elle.