Médias : les journalistes guinéens célèbrent la journée mondiale de la liberté de la presse

Politiques
publié le 04-05-2019 11:02
Médias : les journalistes guinéens célèbrent la journée mondiale de la  liberté de la presse

Les journalistes guinéens à l’instar de leurs confrères du monde entier ont célébré ce vendredi 3 mai 2019, la journée internationale de la presse sous le thème « le rôle des medias  dans le renforcement de la démocratie ». C’est le ministre de l’industrie et des PME représentant le Premier ministre qui a présidé l’ouverture des travaux.

Durant cette journée, les journalistes guinéens ont eu à faire à plusieurs séries d’activités. D’abord l’inauguration de la nouvelle maison de la presse de Kipé, les tables rondes et des formation  sous des thèmes comme : l’éthique et la déontologie journalistiques en démocratie : les dangers et impacts de la désinformation, comment développer  des attitudes responsables et citoyennes dans la diffusion de l’information ?, media et accès à l’information publique.

Dans son allocution de  circonstance, le ministre de l’information et de la communication, Amara Somparé a  rappelé que la  date du 3 mai célébrée depuis quelques années en Guinée, est aussi un moment de réflexion sur les médias professionnels et de souvenir pour les journalistes qui ont perdu la vie dans l'exercice de leur noble profession.

Selon lui, « en organisant cette cérémonie, le gouvernement guinéen exprime son attachement à ces valeurs déclarées par le système des Nations unies. Cette préoccupation justifie le choix du thème de cette journée qui porte sur la responsabilité du journaliste dans le traitement des informations relatives au renforcement de la démocratie. Notamment dans l'environnement numérique. Toutefois, la pratique de la profession du journaliste est soumise à un encadrement et à des contraintes, notamment sur le plan de l'éthique d'une part et d'autre part, au plan juridique, définissant les libertés individuelles, la liberté de la presse et le manque de fonctionnement des entreprises de presse, ainsi que les infractions en matière de presse .La présente rencontre est une opportunité qui s'offre aux journalistes et aux autres intervenants du système national des informations de notre pays, de jeter un regard rétrospectif sur la santé de l'environnement professionnel de notre presse. De faire un diagnostic et d'envisager les traitements adaptés à notre société ».

Hawa Camilla Camara  commissaire à la haute autorité de la communication (HAC), lance une invite aux hommes de médias en ces termes : « J’exhorte ici le professionnel des médias guinéens à œuvrer u bon déroulement pour les prochaines élections en privilégiant la recherche du consensus, la cohésion des communautés et la stabilité socio-économique de notre pays ».

De son côté; le ministre de l’industrie et des PME declaré que la liberté de la presse ne doit pas être donné par le gouvernement. C’est une conquête de tous les instants et c’est une aspiration profonde du peuple de Guinée, qui après avoir connu le gout de la liberté après un passé d’autorité et l’avenir d’espérance qui se projette devant nous, ne veut plus jamais renoncer à son droit à être informé ».

Toujours au nom du chef de l’Etat, le ministre Tibou Camara   dire que : « le Président de la république, dont l’histoire et le parcours pour la conquête de la liberté et des droits du peuple de Guinée, me charge de vous dire peut-être pas ami, peut-on ne jamais être ami à la presse, mais de vous rassurer qu’il reste un partenaire des médias et qu’il contribuera autant que faire se peut, à créer les conditions de son épanouissement total. Je voudrais donc réitérer mes vœux de succès de la journée et vous dire que le chef de l’Etat est à vos côtés, le gouvernement qui soutiendra dans vos efforts pour qualifier les médias et pour les rendre indépendant ».

Balla Yombouno