Problématique de la mobilité urbaine : le cabinet Evantus-Guinée et des acteurs y réfléchissent, à Conakry

Politiques
publié le 11-04-2019 08:09
Problématique de la mobilité urbaine : le cabinet Evantus-Guinée et des acteurs y réfléchissent, à Conakry

Résoudre les problèmes liés à la mobilité urbaine en Guinée reste de nos jours, une préoccupation essentielle du cabinet Evantus-Guinée. C’est dans cet ordre d’idée qu’il vient d’initier un projet qui vise à rassembler tous les acteurs afin d’y réfléchir ensemble pour pouvoir trouver des solutions idoines.

Ce jeudi 11 avril, les acteurs à savoir la direction centrale de la sécurité routière, le département en charge de la Défense nationale, les Ministères des Transports, des Travaux publics, de la Ville et de l’Aménagement du Territoire parmi tant d’autres se sont retrouvés dans un réceptif hôtelier de la place, pour continuer à y réfléchir afin de rendre disponible un plan consensuel qui pourrait soulager les citoyens au moment du ramadan à venir.

Selon le Directeur général du cabinet Evantus-Guinée, initiateur de la rencontre, Moussa Diouméssy, toutes les dispositions doivent prises pour trouver des solutions à la problématique de la mobilité urbaine dans les villes de Guinée.

« Il faut simplement avouer que d’abord, le sentiment de citoyen m’a animé, le sentiment d’appartenance à une nation m’a animé. Le cabinet s’est donné la tâche d’observer depuis un certain temps pour savoir exactement les déficits que nous avons où les embouteillages et bouchons sont de quel type de conséquence. Aujourd’hui, il est une évidence que l’ensemble des déficits cumulés, que ça soit du fait de l’extension économique, que ça soit du fait de l’explosion démographique qui poussent les populations à aller plus vite que l’Etat, procède à des occupations dès fois anarchiques où véritablement a créé des situations très compliquées. D’où l’initiative véritablement de voir certains mécanismes pour arriver à des solutions escomptées. Donc, cela en réalité a amené le cabinet à un fait. Quelque soit la solution, elle ne serait pas une solution qui permettrait d’attendre des réponses adéquates, mais qu’il fallait procéder à une synergie des acteurs nationaux pour une mobilité urbaine et cette fois-ci responsable. Et nous avons choisi pour cela une période qu’est le mois de ramadan qui est véritablement un mois de pénitence où la manifestation en Dieu et les devoirs civiques devraient pouvoir cohabiter et faire de la mobilité un rendez-vous quotidien du civisme… »

Heureux de l’initiative, Commissaire Mory Sangaré, chef division police judiciaire et statistique à la direction centrale de la sécurité routière a tenu à préciser : « Je voudrais franchement dire que c’est une initiative à saluer parce que ce cabinet n’est pas à ses premiers jours. Il a fait de belles expériences avant aujourd’hui. Je ne peux que remercier ce cabinet sachant qu’en matière de mobilité, ce qu’il vient de nous proposer est une valeur ajoutée. Ça va permettre à nous, agents de sécurité de faire mieux notre travail parce qu’on se rendra surement compte que les notions de civisme sont appliquées dans leur ensemble. En fait, il y a des problèmes qui arrivent dans la circulation, c’est le manque de civisme, d’information et de sensibilisation qui amène tous ces problèmes. Mais si nous faisons une forte sensibilisation à travers ce cabinet, franchement, les comportements vont changer dans la circulation à Conakry et à l’intérieur du pays parce que l’objectif recherché, c’est de réduire les cas d’accident de la circulation. Et la mission principale de la sécurité routière est d’assurer la circulation, la fluidité de la circulation et lutter contre les accidents de la circulation. Une fois que le civisme sera appliqué dans son sens large, nous allons avoir moins de problèmes. C’est pourquoi cette initiative du cabinet Evantus-Guinée est à saluer pour que nous évoluons avec la mondialisation », dira-t-il.

Youssouf Keita

+224 666 48 71 30