Sécurité maritime : Quatre présumés brigands de mer mis aux arrêts

Politiques
publié le 02-04-2019 11:24
Sécurité maritime : Quatre présumés  brigands de mer mis aux arrêts

Le Haut Commandement de la Gendarmerie Nationale en collaboration avec la préfecture maritime a présenté ce mardi 2 avril 2019, quatre (4) présumés brigands de mer accusés d’être les  présumés auteurs de l’attaque d’un navire chinois dans la nuit du lundi 28 janvier au mardi 29 janvier causant la mort d’un ressortissant chinois qui était au garde ce jour dans le navire.

Selon Daouda Touré commandant de la brigade de recherche de la gendarmerie  maritime et fluviale son service a été informé dans la nuit lundi 28 au 29 janvier 2019 d’une attaque  en mer à bord du  navire  Lian Roug 88 consigné en république  en Guinée par la société Tchangui SA.

 « Aussitôt, nous avons informé  le procureur de la République à kaloum et rendu compte à nos supérieurs hiérarchiques  lesquels  nous ont instruit  de faire toute la lumière sur la situation. C’est ainsi   que nous avons ouvert une enquête autour de la situation, nous avons posé les actes de procédure  qui nous ont  permis  à interpeller  les 6 présumés auteurs. Les 4 des six présumés  auteurs, un a été interpellé à kamsar  Mohamed Soumah alias don, seny a été interpellé à kolaboungni, le nommé Daouda Camara a été interpellé aussi à kolaboungni, le quatrième a été interpellé à Siguiri nommé dada. Les intéressés ont été entendu conformément à la procédure…»

Pour le commandant Daouda Touré pour accomplir leur mission, ces  présumés auteurs ont quitté boulbinet aux environs de 23 h pour partir en mer. « Ils ont fait l’attaque aux environs de 3h du matin. Ils ont trouvé le chinois du nom de  Lan Jin Chun qui était de faction à bord du navire, c’est-à-dire il était de service de garde. Ces intéressés sont venus, ils ont accosté leur embarcation, trois d’entre eux sont montés à bord du navire, ils ont donné des coups à monsieur Lan  avec des objets,  ils l’ont ligoté, et ils ont continué à lui donner des coups. Ils ne se sont pas limité là, ils ont posé leur acte, ils ont fait l’opération en prenant 10 cartons de gangs, ils ont pris également des bouteilles de gaz et des raccords ».

Interrogé Daouda Camara, le présumé cerveau de l’attaque reconnait  avoir tué le chinois, mais pas par que cela n’était pas leur intention. « On était partir pour acheter du gasoil en compagnie de mes  amis au nombre de 6. Mais quand nous avons accosté devant ce bateau, trois sont montés à bord et les autres sont restés dans notre bateau. Et dès qu’on est monté dans le navire,  le chinois nous a torchés, et directement on lui a retiré sa torche et sur le coup mon ami  Mohamed est venu prendre son cou par derrière. Ensuite on l’a mis à terre avant de le ligoter jusqu’à ce qu’il trouve la mort. Ils que nous reconnaissions que c’est nous qui avons tué le chinois »

Selon lui, « Nous ne sommes  ni des brigands, ni des assassins, nous sommes dans l’affaire de la vente du gasoil qu’on vient chercher en mer »

Mais ses propos ont été vite rejetés par Daouda Touré commandant de la brigade de recherche de la gendarmerie  maritime et fluviale. « De toutes les façons, il n’existe pas une plateforme pétrolière en mer. Donc, il n’existe pas une station en mer qui permet aux gens de partir s’en approvisionner et revenir sur la terre ferme. Ce qui reste clair  ce sont des arguments qui ne peuvent pas passer. Partir  en mer dans la nuit  très profonde pour  c’est commettre des bavures ».

Le colonel N’ Famara Dioumandé préfet maritime  lui dans sa communication interpellé  toutes les administrations du port  à se donner la main  afin de trouver les moyens pour renforcer la sécurité dans nos eaux territoriales. « Nous voulons que ces individus qui viennent d’être interpellés soient jugé à la hauteur de leur forfaiture pour que  ces actes cessent ».

Balla Yombouno